Accueil > Les tuyaux > Au secours, j’en ai trois !

Au secours, j’en ai trois !

Partager sur Facebook : Au secours, j’en ai trois ! Partager sur Twitter : Au secours, j’en ai trois ! Partager sur Google Plus : Au secours, j’en ai trois ! Partager sur Tumblr :
Au secours, j’en ai trois ! Partager par mail (depuis votre messagerie) : Au secours, j’en ai trois ! Imprimer ce billet : Au secours, j’en ai trois !

Acte 2 : Notre démarrage avec des triplées

#

Famille, Triplées

On me l’a souvent demandé : « mais comment fais-tu avec trois bébés ? » Que l’on se rassure : on survit. Et même, on se découvre des trésors d’ingéniosité insoupçonnés. Alors j’ai voulu les rassembler ici, du moins, quelques exemples de notre organisation quotidienne des premiers mois.

Nous voilà donc de retour à la maison, sortis de la maternité, avec 3 bébés dans les bras. On n’y pense pas tout de suite, mais il faut quand-même le dire avant toute chose. C’est une chance que nous avons eu de voir notre famille passer d’un coup de 2 à 5 personnes. C’est un choc qui a bouleversé notre vie de façon définitive, dont je parle ici. Mais quel choc ! Passés les grandes interrogations matérielles et notre renoncement à vivre dans un cadre apaisant et rangé [1], ce foisonnement de vie est ce qui a pu nous arriver de mieux.

Mais l’organisation est quand-même le nerf de la guerre dans cette histoire, il nous est apparu vital pour la famille de traverser ces premiers moments de la façon la moins compliquée possible, la plus compatible avec le maintien d’une vie de couple. Bref, de faire en sorte que le contingent ne transforme pas notre bonheur en cauchemar.

Avant tout, trois choses sont à garder à l’esprit

  • Des omniscients, des gens bien intentionnés qui ont leur solution à tout, il y en aura toujours. L’enfance et l’éducation suscitent d’ailleurs beaucoup de vocations, les théories des uns et des autres sur ce qu’il ne faut pas faire ne manquent pas. Mais ces conseils souvent prodigués par des personnes qui n’ont jamais connu de telles situations ne doivent pas avoir raison de votre vision ! Alors surtout, si leurs propos vous culpabilisent ou vous minent le moral, ne les écoutez pas. Avec un peu d’humilité, on se rend compte qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire. Ce qui marche dans une famille peut ne pas fonctionner dans une autre. A plus forte raison, ce qui fonctionne avec un enfant unique ne fonctionnera sans doute pas avec trois. C’est vraiment aux parents de trouver leur propre routine.
  • Ce ne sont pas de belles paroles dont nous avons besoin dans cette situation, mais de bras. L’aide qui pour nous a été essentielle est donc celle de la famille, ou d’associations spécialisées, qui sont venues nous soulager les nuits, ou les matinées. Lorsqu’elles ne faisaient pas encore leur nuit, pouvoir se lever à tour de rôle à 3 est plus facile qu’à 2. D’autant plus qu’en étant prématurées, les biberons doivent être donnés en plus petites quantités et plus souvent, y compris la nuit. Il ne faut donc pas hésiter à se faire entourer. Pour les enfants, mais aussi pour tout le reste : gestion du linge, de la maison...
  • Face à trois bébés, il y a nécessairement beaucoup plus de temps à passer dans les soins quotidiens, au détriment de celui passé en petits câlins. Toute notre recherche a donc été sous-tendue par la nécessité de réduire au maximum le temps occupé par les tâches d’hygiène et de repas pour consacrer le maximum de temps avec elles, entre 2 plages de biberons / changes.

Quelques exemples de notre organisation en détails.

24 biberons et du temps pour souffler !

Nos crevettes sont nées prématurées. A la naissance, une seule avait franchi la barre des deux kilos. Lorsque les biberons ont pu remplacer la sonde gastrique, elles en avaient un toute les 2 heures, soit 36 par 24 heures pour les trois (de toutes petites quantités). Elle ont quitté la néonatalogie au bout d’un mois, mais à ce stade, cela faisait encore 8 biberons par bébé. Il a donc fallu se préparer à industrialiser nos préparations et ne pas y passer trop de temps. L’idée principale a donc consisté à synchroniser les repas : Il est certes moins commode de donner les repas aux trois bébés en même temps qu’à un, surtout en étant seul-e, le papa ou moi-même. Mais cette condition est indispensable quand les repas sont cadencés toutes les trois heures, et qu’il faut, en plus de cela, prévoir les changes, la gestion du linge et de la maison en général. Mais nous avons mis au point quelques méthodes à deux bras et deux pieds (nous étions jeunes et souples), et un peu d’imagination, on y arrive. Je donne quelques détails et photos dans ce billet spécial biberons

Distinctions

Ca n’a l’air de rien, mais trois bébés en même temps peut promettre de drôles de sketchs lorsqu’il s’agit de les distinguer. L’une devant suivre un traitement spécifique, pas les autres, il faut rapidement trouver un moyen. Un système de couleurs s’est donc imposé. Un bout de laine sur les tétines pour commencer que nous avons essayé de suivre, tant bien que mal, sur l’ensemble de la lingerie. C’est d’ailleurs assez remarquable de les voir, plus tard, s’attribuer chacune une couleur préférée (pas forcément celles de leur naissance), pour se distinguer entre elles. Le logo de ce blog les a repris, fidèle à la réalité ;-)

De la couleur pour distinguer les triplées, ici : le brin de laine sur la tétine -

Les courses

Autant le dire tout de suite, il ne faut pas compter ramener votre paquet de couches à la maison au milieu de vos course au supermarché. D’abord parce que la quantité nécessaire ne rentrerait pas dans votre caddie (éventuellement, à l’arrière d’une voiture....) mais surtout parce que vous seriez aux courses le plus clair de votre temps. A cela s’ajoutant les boîtes de lait premier âge.... il faut passer le cran de dessus, celui du semi-gros. Les parents de multiples (jumeaux, triplés....) ont la possibilité de rejoindre des associations telles que Jumeaux et Plus qui, au delà du réseau et des rencontres possibles, offrent le grand avantage de vous donner accès à la "Centrale des Multiples", centrale d’achats dont les prestations incluent les livraisons à domicile. Les tarifs sont avantageux par rapport à ce qui existent par ailleurs. Notre vie s’en est trouvée d’autant plus facilitée.

L’hygiène

Contrairement aux repas, les bains donnés aux trois en même temps ne nous sont pas parus possibles tout au début, en tout cas tant que la position assise n’était pas acquise, et qu’il faut soutenir tête et dos (avec son bras ou de petits fauteuils de bain adaptés). Mais heureusement, le bain ne se donne pas à la même fréquence que les biberons. En revanche, à l’acquisition de la position assise, mettre les trois bébés dans la baignoire nous a permis de gagner du temps. Le maintien de la posture a été acquis chez nous entre 8 mois 1/2 et 9. C’est un moment d’échanges privilégié qui, même limité dans le temps, devient un vrai plaisir lorsque les bébés y trouvent également une certaine convivialité :-) Les autres gestes de la toilette d’un bébé sont les mêmes, l’usage du sérum physiologique pour le mouchage, le nettoyage du noeud du cordon ombilical coupé jusqu’à sa chute, le crémage si nécessaire, la couche etc... fois 3.

Un mot enfin des cheveux : en dépits des remarques récurrentes et autres formes de pression sociale en faveur des cheveux longs des petites filles, nous avons tenu bon, et maintenu les cheveux courts pour tout le monde, moi y compris pour des raisons pratiques au moment des changes. Et ceci, jusqu’à la maternelle. Pour une raison facile à comprendre : passer du temps à démêler et coiffer trois petites filles le matin avant de les amener en crèche n’était pas envisageable. Alors certes, à côté des petites filles tressées, épinglées, aux coiffes perlées et très recherchées, résultats de plusieurs heures de travail, les nôtres étaient juste « passables ». Mais je vous l’avoue, je m’en fichais un peu. D’ailleurs, cela n’a pas empêché ces demoiselles de se laisser pousser les cheveux quelques années plus tard !

Les triplées, quelques années plus tard.... -

PS

Remerciements à l’Association Familiale d’Aides à Domicile et à ses travailleuses familiales pour leurs précieuses interventions, aux proches et à la famille qui nous ont aidé, à l’association Jumeaux et Plus, en particulier à Emmanuelle, rencontrée lors de notre adhésion, qui a animé notre groupe de jeunes parents de triplé-e-s avec une énergie exceptionnelle, et à Éléonore, auteure d’une fiche pratique qui, à fil de l’eau, nous a aidé à trouver notre organisation.


lundi 13 mars 2017
Crédit image en tête de ce billet : Damiano Amato

Abonnez-vous ! Voir la page Facebook Voir le compte Twitter Voir la page Google+

Notes de bas de page

[1quoi que nous n’ayons pas attendu l’arrivée des filles pour nous donner du pain sur la planche à ce niveau