Accueil > Le zinc > Un jour, votre enfant vous dit...

Un jour, votre enfant vous dit...

Partager sur Diaspora* : Un jour, votre enfant vous dit...Partager sur Facebook : Un jour, votre enfant vous dit...Partager sur Twitter : Un jour, votre enfant vous dit...Partager sur Google Plus : Un jour, votre enfant vous dit...Partager sur Tumblr :
Un jour, votre enfant vous dit...Partager par mail (depuis votre messagerie) : Un jour, votre enfant vous dit...Imprimer ce billet : Un jour, votre enfant vous dit...

Histoire de coeur(s)

#

Parentalité

Un jour, votre enfant vous dit que vous ne le regardez pas assez, que vous ne l’aimez pas assez.

Un enfant peut avoir 1000 raisons de se faire des idées comme celle-ci, et les parents peuvent avoir 1000 raisons de réagir par la colère, la tristesse ou, la déprime. Cette affirmation est tellement énorme que bien souvent les mots manquent. Pourtant, cette maman a su trouver les mots.

Tiré du blog mom.me, de Andie Huber & Laura Clark, ce texte de Chaunie Brusie a le ton juste, les mots qui vont droit au coeur. Et la traduction qu’en propose l’auteure du blog « Le Cheval à Rayures » est tout aussi belle. Alors je vous la partage ici.

« Oh Maman, tu ne fais jamais attention à moi ! » me dit mon aînée dans un accès de colère, l’autre jour. Ses traits délicats chiffonnaient son visage alors qu’elle croisait les bras et me regardait en fronçant les sourcils.
 
J’ai essayé de ne pas rire tout en l’attirant contre moi, nous rappelant les mois nous avions passés ensemble seules, juste elle et moi. Les jours passés juste à la tenir contre moi, les heures passées à lui faire la lecture, les petits sommes partagés, les cours que nous avons pris ensemble pour lui apprendre à nager, la façon dont elle était mon monde tout entier et celle dont elle a changé mon monde tout entier.
 
Je peux lui dire ces choses, bien sûr, mais elle ne se les rappellera pas. La vérité est, ma fille, que tu ne sauras jamais combien je t’ai étudiée, chaque tache de rousseur sur ton nez, une empreinte sur mon coeur, les traits de ton visage si nouveaux et si familiers en même temps.
 
Tu ne sauras jamais comment je t’ai regardée dormir, les échos de « tu devrais dormir quand elle dort ! » remplissant alors ma tête. Mais je ne pouvais détourner le regard, admirative du fait simple que tu étais là, que tu étais, auparavant, pelotonnée à l’intérieur de moi.
 
Tu ne sauras jamais les veilles que j’ai fait, la fatigue s’installant jusque dans mes os, alors que je l’étouffais, la faisais fuir, que je priais, souhaitant que tu trouves la paix, contre cette douleur que je ne savais pas étreindre ton ventre. Tu ne connaîtras jamais ces décisions qui me semblaient si importantes à l’époque : Allaitement ou pas ? Interdire les frites à tout jamais ou les donner tôt ? Fraises bio ou économie d’argent ?
 
Tu ne sauras jamais comment je retiens encore ma respiration quand je t’aperçois, comment je sursaute quand tu sembles avoir grandi dans la nuit, quand tu te déplaces avec la grâce d’une femme, mais que tu dors encore comme le bébé que j’ai tenu dans mes bras.
 
Tu ne sauras jamais comment un coeur peut battre à l’extérieur du corps, ferme et fort, inébranlable dans son dévouement pour toi.
 
Tu ne sauras jamais combien parfois je me suis sentie incapable d’assurer ce job de mère, combien de fois j’ai voulu me cacher sous les couvertures, combien de fois j’ai lancé à l’Univers un silencieux « Es-tu sûr que c’est moi que tu veux pour ce boulot ? ».
 
Tu ne sauras jamais combien je me vois en toi, parfois ça m’effraie, même si ça me transporte.
 
Tu ne sauras jamais combien j’aime te regarder grandir, combien je vois tout ce que tu fais pour tes frères et soeurs, combien je te vois porter le fardeau d’être l’aînée, une fille qui plus est, avec tellement de grâce.
 
Tu ne sauras jamais que je continue à te regarder quand tu dors, que je n’arrêterai jamais de repousser la mèche de cheveux devant tes yeux pour que je puisse voir ton merveilleux visage.
 
Tu ne sauras jamais quelle colère peut ressentir une mère lorsque quelqu’un trahit ou ait du mal sa petite fille, la manière dont mon estomac se tord quand tu deviens nerveuse, la manière dont je ressens ce que tu ressens.
 
Tu ne sauras jamais combien la plus grande peur dans ma vie est de te perdre, que tu sortes de ma vie, doucement, en grandissant.
 
Tu ne sauras jamais que chaque pas, chaque souffle, chaque fois que je te vois penser à un autre, chaque histoire que tu racontes, chaque mouvement que tu fais, me laisse émerveillée du cadeau que tu es.
 
Tu ne sauras jamais, ma chère fille, combien tu es devenue mon monde entier, combien tu as changé mon monde entier, et à quel point tu seras toujours mon monde.
 
Mais je suis là. Même lorsque tu penses que je ne le suis pas. Et c’est une promesse !

la page du Cheval à Rayures

Le Cheval à Rayures contient bien d’autres partages, et plus particulièrement sur les sujets qui touchent une famille à haut potentiel.

PS

Le Texte de Chaunie Brusie :
https://mom.me/kids/101655-youll-never-know/

Et pour une visite du blog du Cheval à Rayures, c’est par ici :
http://www.le-cheval-a-rayures.fr/


mardi 12 septembre 2017
Crédit image en tête de ce billet : kheinz

Restons en contact !
Voir le compte Diaspora*Voir la page Facebook Voir le compte Twitter Voir la page Google+